2013, L’année de la paix et du détachement

Bleigiessen

Je me suis faite un petit rituel annuel avec des amis. Un jeux qui consiste à jeter du plomb fondu dans de l’eau, voir à quoi les formes obtenues ressembleraient, et lire la signification des formes sur une liste… Ca ne veut rien dire, tout le monde le sait, mais c’est excellent pour avoir une ambiance projection vers le future.

En allemand le jeu s’appelle ‘Bleigiessen’, et pour mon 2013, j’ai eu droit au résultat suivant : « Paix à la maison ». D’autant je crois que le jeu est une blague pour passer du temps avec ses amis, d’autant je pense que le résultat cette fois-ci a, quelque part, une note de vérité.

2013 est l’année de la responsabilité, c’est aussi l’année ou j’ai compris que la liberté n’est pas le fait de pouvoir faire ce qu’on veut faire sans devoirs, mais plutot le processus de décisions par lequel on passe pour atteindre un résultat qui satisfait nos attentes tout en restant libre. Le poids de la décision entre « je ne peux pas vivre sans cela » (d’ou vient la complication), et le « comment pourrais je m’en passé », sans pour autant se rendre compte que la liberté de la décision se joue entre les deux, et dépend bien-sûr de la direction vers laquelle on choisi de drifter… Tout ce bla pour dire : Je pensais que ma liberté serait quelque part ou elle ne sera jamais, elle appartient là, et seulement là ou mon bon sens s’abrite.

A travers les responsabilités de 2013 est née la liberté… Bleigiessen disait « paix à la maison », je dis, quand on a la paix chez soit, on l’a pratiquement partout… Je me suis redécouverte forte et loin de la médiocrité de la comparaison, unique dans un univers de valeurs, entourée dans un bout de terre étranger, et surtout aimée dans un territoire que j’ai auparavant caché dernière le rideau de l’hypocrisie. J’ai vu grandir le lien du sentiment d’appartenance entre des gens d’origines lointains, la notion de la famille prend toute une autre forme toute inconnu à mes sens, mais très attirante pour ceux qui à un moment ou un autre ont su touché le cœur de la simplicité…

2013 est l’année de la vie, l’année ou j’ai senti grandir en moi un petit être fragile, doux et dont l’ancre de survie dépend de la mienne. Une année irremplaçable, innoubliable, ineffaçable, et surtout, en paix…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s