Printemps

Février de pluie, Mars de peine

Sur combien d’airs tes ailes règnent,

et comme la nuit tu entraves les haines,

Au bout du tunnel tes couleurs reprennent.

***

Sans amour ton soleil vieilli,

Heureux, libre et alourdi,

et comme l’ère des temps qu’on oubli,

Tes battements rappellent la vie

***

Au boudoir des peurs les sourires se cachent

Racontant des soupirent qui se hachent,

Quant aux mures les couleurs s’arrachent

Aux tunnels de l’âme, les raideurs se lâchent

***

Avril de joie, Mai de couleurs

Au ruisseau de peines se lavent les douleurs,

Et quant les chants apaisent les fleurs,

Au fil des heurs s’étendent les ardeurs

***

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s