On the road to somewhere (4)

Il m’a fallu beaucoup de courage pour ouvrir ce fichier et libérer mes pensées et mes sentiments.

Au milieu de toutes les rivalités, les conflits, les remords, les doutes et l’espoir, mon âme instable s’insère et cherche à trouver le confort. Elle se frôle à ses propres limites et décide de s’écraser jusqu’au dernier petit bout de lumière en elle. J’ignore tout ce qui se passe à ce niveau, je ne serais pas entrain d’essayer de libérer mes blocages pour en faire sortir d’autres si j’entourais tous ses éclatements.

J’ai connu des expériences pareilles. Elles étaient plus évidentes et moins difficiles à réaliser. Cette fois ci, une peur atroce me coupe le souffle et me remet à l’abri de mes limites humaines. Entre la culture, la solitude, l’amour, l’incompréhension, la résistance et la définition, en voila un être plein de complexes à en oublier la clarté du jour, la fraîcheur du vent, l’éclat de l’étoile, et la chaleur du soleil.

Me voila qui essaye de comprendre qu’elle est la réelle raison de mon existence, si mon existence doit en avoir une…quelle est le chemin qui me permettra d’être moi, si un chemin finira pas le faire… Que serait ma destinée si je suis sensé en avoir une.

Installée ici et pas sure du lendemain, comme je suis toujours pas très sure d’hier, je me noie dans les vagues de brouillards qui emplissent jusqu’au dernier coin de mon cerveau, j’écoute les voix qui me ramène à un soi lointain et une musique douce d’appartenance et de paix, je remplis mon espace de tous les objets de bonheur que la vie à jeter sur mon chemin pour m’en faire découvrir un autre, je relie les bouts de deux grandes familles de cultures fortes et naguères pour en faire la mienne, je détache les liens les plus forts et les plus paissant à mon cœur pour sauver les deux bouts.

Je rêve du jour quand mes textes seraient plus optimistes, plus au future, moins au présent, et indépendant du passé. Je rêve du jour quand mon âme n’aura plus à me pendre l’estomac et à me torturer les yeux, quand mon sourire ne sentira plus le poids des muscles et deviendra plus libre… Je rêve d’un être fort et d’une énergie d’enfance qui me fera découvrir un lendemain plus proche, plus sur, et encore plus beau.

A la beauté je dédie ma dernière ligne… Et au lendemain de dédie mon espoir…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s