Confessions

 » J’étouffais, je soupirais, je pleurais, j’étais sens dessus dessous. Plus de repos, plus de raison. Je portais, fendue et sanglante, mon âme impatiente à se laisser porter, et je ne savais où la mettre.

Ni les riants bosquets, ni les jeux et les chansons, ni les sites doux-fleurants, ni les repas soignés, ni la volupté de la chambre et du lit, ni la lecture et la poésie ne lui donnaient de repos. Tout me faisait horreur, même la lumière; tout ce qui n’était pas lui m’était mal venu et odieux, sauf gémir et pleurer. »

 

 

Saint Augustin, Confessions, Livre IV, 7.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s